Morning LGBT

Le plan Q

by Maxime

Depuis que tu as rompu avec Jules (avec qui tu étais depuis la terminale) tu découvres la vie du gay célibataire.

Comme tu n’es pas pressé de te remettre en couple en contrat 100% exclusif, tu as décidé de t’amuser un peu et te faire quelques plans cul.

Seulement tu ne sais plus comment t’y prendre, ça fait dix ans que tu ne baisais qu’avec Jules, en trois phases répétées par cœur chaque mardi (après le volley), jeudi (avant Desperate Housewives), et dimanche après-midi (après le ménage).

Voici quelques conseils pour te remettre dans le bain.

1° Avec qui ?

N’oublie pas qu’un plan cul c’est juste un plan cul, tu n’es pas obligé de trouver un mec aux opinions politiques compatibles avec les tiennes ET qui est d’accord avec toi sur la médiocrité de la phase hispanisante de Madonna ET qui a tout Twin Peaks en DVD.

L’idéal c’est que le type t’excite un minimum. Si tu as bu, qu’il soit simplement dans ton champ de vision devrait suffire. Tu peux le commander sur internet, ou aller dans un bar gay de base. La seule technique de drague qui marche est la plus simple du monde, tu le regardes dans les yeux, et si il te regarde aussi, tu fais « Salut ! » et après tu lui roules une pelle.

S’il ne te regarde pas, ce n’est pas qu’il est timide, c’est qu’il n’est pas intéressé (répète après moi: IL N’EST PAS INTÉRESSÉ), tu peux donc passer au suivant au lieu de perdre ton temps. Si tu ne trouves toujours pas, enlèves tes lunettes, tout le monde il est joli quand il est flou.

2° Before le plan

À la différence du sexe en couple, tu peux difficilement dire à ton plan cul: « Attends,  je vais me passer un gant sur la raie et j’arrive« , c’est un léger tue-l’amour. Il faut donc prévoir le coup, et penser à quelques règles simples, comme déboucher les canalisations avant de partir et prendre quelques lingettes humidifiées dans ton « sac à main ».

Tu peux aussi te graisser le cul d’avance, ça peut être utile si tu tombes sur un type qui prend ton trou pour une autoroute italienne. Essaye de mettre un boxer sympa, que tu ne te retrouves pas en slip jaunasse et miteux (tu sais, celui que tu ne te résous pas à jeter parce qu’il te rappelle Jules).

Il est également d’usage de se passer le bout du popol à l’eau pour le confort olfactif de ton partenaire, surtout si tu n’es pas circoncis! (chaleur+urine+humidité = cadavero alla parmigiana).

De plus, il faut toujours envoyer un texto à un ami indiquant l’adresse à laquelle tu vas baiser, au cas où tu te fais découper en morceaux, ou violer par les 39 membres d’un gang de la mafia (et que c’est pas pour ça que tu es venu).

3° Le plastique, c’est fantastique

Il arrive encore de tomber sur des types pour qui se protéger c’est compliqué.

Pas de jugement, après tout, mon grand-père aussi trouvait que mettre sa ceinture de sécurité en voiture était un inconfort insoutenable et d’après lui une atteinte flagrante à sa liberté, en plus de lui arracher tout plaisir de conduire.

Attention, certains te sortiront des théories fumeuses comme quoi la transmission ne se fait pas quand on prend du lexomil à condition que les deux partenaires se secouent les fesses fortement sous un climatiseur afin de donner un rhume au virus…

Ouais, ne te fais pas prendre pour un con : la capote protège du sida. Et s’il refuse toujours, remets tes lunettes et tu verras que tu ne loupes rien en le laissant en plan.

4° C’est quoi ce bouge ?

Prétexte un raccord sourcils pour aller visiter discrètement les lieux. L’idée étant d’axer ta performance en fonction du personnage.

Choses à repérer :

Présence éventuelle de DVD de films avec Sandra Bullock (tu vas devoir faire l’actif), présence éventuelle de crème anale antifongique dans la salle de bains (évite de lui bouffer le cul), présence éventuelle de colocataires (évite de crier trop fort que les petites bites c’est bien aussi), présence éventuelle de machette (sors discrètement puis pars en courant).

5° C’est parti !

Le standard du plan cul a été défini bon gré mal gré par le porno.

C’est simple: Roulage de pelle, jetage sur le lit, frottifrotta, baissage de pantalon, suce, échange de suce, branlouille, après y’en a un qui dit « J’ai envie de te baiser« , et pof, panpancucul, et c’est plié.

Ne vas pas commencer à proposer un trip « crème chantilly en entrée, bondage japonais en plat, électrostimulation du scrotum en salade, et footfuck en dessert » direct le premier soir, tu risquerais, en en faisant trop, de faire basculer le système reconnu par l’internationale du plan cul homosexuel, et nous foutre tous dans la merde en faisant monter les attentes.

Si tu veux du complexe, prends un deuxième rendez-vous.

6° STOP !

Question :

A partir de combien de minutes après ton éjaculation peux-tu décréter que ton partenaire est un peine-à-jouir et que tu peux le laisser se terminer tout seul ?

Réponse: 1 minute 25 secondes GRAND MAXIMUM.

Le problème c’est que quand tu as joui, tu te réveilles brusquement de ton petit nuage de plaisir et tu découvres que ton partenaire a un drôle de poil très sombre qui lui sort du nez, que son chat te regarde en se léchant l’anus, et c’est quoi cette odeur exactement ? Alors que l’autre il est encore là à se frotter en faisant « Ouais elle est bonne vas-y mmm c’est bon ». 1 minute 25, les amis. Soyez gentils, frottez-lui la nouille pendant 1 minute 25, c’est une question de bienséance.

Après ça, il se démerde, vous n’êtes pas Mère Teresa (ok, mauvais exemple).

7° Je dors.. ?

Faut-il dormir sur place ? La réponse dépend d’un certain nombre de variables, tu peux calculer la réponse grâce à ce tableau simple:

– Y a-t-il des draps propres? (avant que tu en foutes partout bien sûr)  -> Oui: + 1 point.
– Y a-t-il un squatteur qui dort dans le salon ? -> Oui: – 1 point.
– Y a-t-il ce qu’il te faut pour ton petit déjeuner ? -> Oui: +1 point.
– Le lit est-il confortable? -> Non: – 5 points.
–  Le mec ronfle-t-il? -> Oui: Efface tous tes points.

Si tu obtiens 10 points, tu peux rester.

8°.. ou je me casse ?

Comme tu as perdu l’habitude, tu risques d’être particulièrement sympa et agréable, donnant à ton partenaire l’impression que vous vivez le début d’une grande histoire d’amour.

Il faut être clair tout de suite si tu veux pas te retrouver avec un boulet qui te texte des poèmes « mon cœur est comme un roseau dans le vent bercé par les larmes de l’amour » à trois heures du mat.

Beyeuurrrttt!! (bruit d’un mec qui vomit, NDLR). Le mieux c’est de ne pas laisser ton numéro, et s’il te le demande, dis-lui que tu préfères « Laisser sa chance au hasard« .

C’est un peu connasse, mais il se croira dans une comédie romantique et se dira que quand vous vous retrouverez, par hasard, au magasin branché, ça sera top magique (sauf que toi tu demanderas « T’es qui ? »). Retour sur www.morninglife.fr

Publicités

À propos de morninglifemagazine

L'essentiel de la pause avec les dossiers Homme, Femme, LGBT, les infos insolites, les challenges Couple, les questions sur les relations amicales, amoureuses, la société actuelle et bien d'autres rubriques.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

REJOIGNEZ NOUS

%d blogueurs aiment cette page :