Morning LGBT

Escort Boy – Qui sont-ils ?

By L.

Le légendaire bois de Boulogne se vide, petit à petit, les claviers remplacent les sentiers de terre, les écrans remplacent les démarches chaloupées qui naviguaient vers un véhicule stationné à l’appel de ses phares.

La prostitution masculine s’installe sur la toile

Escortp

Paris – Île-de-France
Escort discret et cultivé mais aussi passionné et malicieux si vous le souhaitez pour massage, dîner, soirée… tél 06…

blac

Rhône-Alpes
DISCRET, MASCULIN , BONNE QUEUE, ENDURANT, ET TOUJOURS CHO, POUR TE DONNER LE MAXIMUM DE PLAISIR. SI JE NE REPOND PAS N HESITEZ PAS A M APPELER AU 06…

Voilà le genre d’annonces que l’on peut trouver sur certains sites comme par exemple gayroméo.

Ce site référence à lui seul plus de 2500 escort boys français. Ces escorts ont choisi de rester chez eux au chaud pour aguicher le client plutôt que d’affronter les conditions météo extérieures et le net leur offre également l’avantage de ne pas se faire pincer par les flics.

Sur ces sites domiciliés pour la plupart aux Pays Bas, ils sont libres d’afficher leur activité à la vue de tous même si certains préfèrent employer le mot « masseur » plutôt que celui d’escort Boy.

Internet banalise davantage le sexe que la prostitution mais il est vrai qu’il la facilite

Le Web permet également de choisir celui avec qui passer un moment tout en multipliant les possibilités. Si X ne plait pas, il y a Y et ainsi de suite. La toile offre également plus de sécurité qu’une rencontre au bord de la chaussée car il y a en général un échange de plusieurs mails ou numéro de téléphone avant de fixer un rendez-vous ce qui permet aux plus hésitants de se renseigner sur leur « client » ou de le tester avant de se rendre sur place.

 Qui sont-ils ?

Nous sommes loin du stéréotype des jeunes mecs paumés sans emploi qui vendent leurs charmes pour manger à leur faim ou pour se payer leur dose de « blanche ». Ici nous trouvons autant d’étudiants que de cadres supérieurs ou encore de salariés. Ils ont une moyenne d’âge de 18 à 30 ans et ils le font tous par plaisir c’est-à-dire sans pression de proxénète, ils sont indépendants.

Ils ne sont pas forcément homo, certains affichent leur bisexualité et d’autres ne tolèrent la compagnie des hommes que dans le cadre de cette activité.

Ils ont choisi de devenir escort boy pour atteindre un niveau de vie financier qui aurait été inaccessible avec leur salaire de base.

Ils aiment porter les dernières fringues de créateurs, ils veulent offrir une tournée à leurs amis dans le club le plus prisé de la région, ils aiment voyager et dépenser sans compter.

 Dans la peau d’un Escort-Boy

F. fait parti des escorts inscrits sur gayroméo et il a accepté de répondre à quelques-unes de mes questions concernant son activité.

MorningLife : Pourrais-tu te présenter en quelques mots ?

 F : Tu veux que je me présente tel que je suis ou comme si t’étais un futur client ?

 ML : Quelle est la différence ?

 F. : Pour ma présentation générale, j’ai 28 ans, je suis ingénieur dans l’aéronautique. J’habite en région parisienne depuis 5 ans mais je suis originaire du Sud-Ouest. Je suis célibataire depuis mon arrivée dans la capitale. Mes passions : je ne suis pas spécialement sportif mais je prends soin de moi, je pratique l’escalade et je voyage beaucoup à l’étranger.

C’est ce que tu pourrais savoir si on se rencontrait dans un lieu lambda. Si je te vois en tant que futur client, je te donnerais mon âge, mon lieu d’habitation, mon orientation sexuelle, mes préférences (actif ou/et passif). Je te dirais que je suis TBM (Très Bien Membré) avec mes mensurations exactes. J’insisterais sur mon expérience de 5 ans en temps qu’escort pour te montrer que je ne suis pas un débutant et que mes tarifs sont justifiés. Pour terminer je te conseillerais d’aller voir mon livre d’or sur le site (onglet dans lequel les « clients » donnent leur avis sur les escorts en leur attribuant parfois des notes). C’est tout ce que tu dois savoir de moi en « client » et après, c’est à moi de te poser des questions.

 ML : Quel genre de questions tu poses à tes éventuels « clients » ?

 F. : Je leur demande quel type de rendez-vous ils veulent exactement pour savoir si ça comporte du sexe ou non.

 ML : Attend je te coupe, tous tes rendez-vous comme escort ne sont pas accompagnés de sexe ?

 F. : Oh que non ! Certains veulent simplement de la compagnie pour une sortie, d’autres simplement parler ou un massage. C’est pour ça qu’un bon escort doit être cultivé car il doit être prêt à parler de n’importe quel sujet avec n’importe qui et parfois avec des amis ou des connaissances du « client ». Il est important de ne pas passer pour un con à leurs yeux sinon on perd le « client ».

Je reviens à ta question, je leur demande qu’est-ce qu’ils attendent de ma présence : Est-ce qu’ils veulent une pratique spécifique, une tenue particulière, des accessoires. S’ils veulent je peux venir accompagné d’un autre escort. Après c’est des questions pratiques : Hôtel ou autre lieu (à leurs frais), combien de temps ils veulent de ma présence, est-ce qu’ils ont bien compris qu’ils devaient me payer au début du rendez-vous, etc etc

ML : En parlant de tarifs, « Tu prends combien ? »

 F. : Intéressé ? lol. Pour une 1ère rencontre ou des rencontres occasionnelles c’est 150 l’heure et 500 la nuit et pour les réguliers 100 l’heure et 400 la nuit

 ML : Euros ?

 F. : oui euros. Tu connais encore des personnes qui payent en francs ?

 ML : Autant pour moi

 F. : C’est différent de la rue on se tire pas la bourre entre nous quand on se propose sur la toile. La rue c’est la jungle, ils sont à l’affût de n’importe quel client car il y en a de moins en moins, les tapineurs sont prêts à se brader et à gagner 50 (euros) pour une passe d’une heure. Chez nous y’a pas de ça on propose tous ou presque les mêmes tarifs, on n’est pas des rivaux car il y a du choix à la pelle t’as bien vu qu’on est peu d’escorts comparés aux nombres de connectés sur le site

ML : Je ne connais pas les tarifs mais ceux que tu viens de me donner me semblent super élevés quand même. Il y a beaucoup de personnes capables de payer autant pour passer un moment avec un escort ?

F. : Je suis escort une semaine sur deux et ça me rapporte entre 4 et 4500 euros par mois ça répond à ta question ? Renseigne toi auprès des autres ils te donneront les mêmes chiffres sauf les débutants

ML : Et tu fais quoi durant ta semaine de « vacances » ? Tu dépenses ton argent de poche ?

 F. : Je réponds aux interviews des curieux lol

 ML : mdr ok message reçu ! Alors quels sont les hommes qui sont prêts à payer pour avoir ta présence à leurs côtés ?

 F. : Il n’y a pas de portrait type précis mais beaucoup sont des hommes d’affaires ou des hommes étrangers de passage à Paris, ils ont environ de 30 à 50 ans, gays, bi, mariés ou célibataires, c’est très hétéroclite mais j’ai beaucoup d’hommes mariés dans mes réguliers. J’ai remarqué que les envies étaient équivalentes à la situation de l’homme. Ceux qui continuent de se qualifier d’hétéros recherchent uniquement du sexe, ceux-là ils prennent à l’heure et se rhabillent tout de suite après, la tête baissée sans prononcer un mot ils me font penser à des gamins qui viennent de faire une bêtise. Les bi et gay prennent leur temps et il n’est pas rare de commencer un rendez-vous au restaurant ou dans un vernissage. Parfois le rendez-vous s’arrête à ce moment-là, ils voulaient juste une présence avec eux.

ML : Comment t’es devenu escort ?

Mes premiers « clients » ont été des femmes. C’était à mon arrivée dans la capitale un soir dans un after work. J’étais avec une relation du travail et il y avait une amie à elle qui était là, elle n’était plus toute jeune, la peau fripée tu vois ce que je veux dire et à un moment ma collègue m’a dit que je plaisais à son amie. J’ai répondu ce qu’on peut tous répondre en plaisantant « Faudrait me payer pour la toucher ». Elle m’a pris au mot en répétant à cette femme et elle m’a proposé 200euros. Pendant environ 6 mois j’ai enchainé les rendez-vous avec elles et d’autres amies à elle. Je vivais comme un prince c’est de l’argent facile et son odeur m’a donné envie de gagner encore plus mais les femmes sont trop réticentes à louer les services des escorts. Le Paris by night est un milieu où tout fini par se savoir et c’est comme ça qu’un soir un escort m’a abordé pour me parler de son activité. C’était la même que la mienne mais lui il avait des clients masculins et il gagnait le double de moi. J’avais déjà eu quelques expériences homosexuelles qui ne m’avaient pas déplu ça c’est fait comme ça et j’ai vite abandonné les « clientes » pour me consacrer aux « clients ». Et ensuite tout a été facilité avec le web. Après la vie de prince j’ai goûté à la vie de roi.

 ML : Quelle a été le rendez-vous le plus insolite que tu as connu ?

F. : Une femme qui m’a payé pour son mari. Elle avait des doutes sur la sexualité de son mari et elle m’a demandé de l’allumer pour voir sa réaction. Elle avait raison d’avoir des doutes car on a terminé à l’hôtel.

ML : Et le pire rendez-vous ?

 F. : Encore une femme. Elle avait trouvé des sms de prise de rendez-vous sur le portable de son mari. Elle a relevé mon numéro et m’a contacté en se faisant passer pour son mari pour me proposer un nouveau rencard. J’y suis allé les yeux fermés car c’était un régulier mais c’est elle qui m’attendait dans la chambre. Elle m’a menacé de me dénoncer aux flics si je continuais à harceler son mec. Il a fallu plus d’une heure pour lui faire comprendre que c’était son mari qui m’appelait et pas le contraire et elle est tombée de haut quand je lui ai dit qu’il payait pour me voir. C’est le pire rendez-vous car ça m’a fait perdre mon temps et un très bon client.

ML : On t’a déjà demandé des choses « déplacées » lors d’un rendez-vous ?

F. : Pleins de fois mais je n’en parlerais pas par écrit ça fait parti du secret professionnel lol

ML : Tu comptes arrêter un jour ?

F. : Certainement mais pas pour le moment. Met toi à ma place, tu ferais quoi si on te propose un job qui te permet de gagner le double de ton salaire et dans lequel t’es libre de faire les horaires que tu veux et de le faire quand tu veux et le tout sans être taxé par l’Etat ?

 ML : Ok mais là on ne parle pas de n’importe quel job quand même, on parle de celui d’escort, c’est pas donné à tout le monde de pratiquer cette activité

 F. : Les premières fois t’y penses, je me rappelle à mon 3ème ou 4ème rendez-vous je me suis dit « Je fais la pu.. » mais en fait non car je sélectionne les hommes donc je ne prends que ceux qui me plaisent physiquement et avec qui j’aurais pu coucher même gratos. Conclusion, je couche et la cerise sur le gâteau je remplis mon portefeuille en prenant du plaisir et comme je te le disais tout à l’heure, le sexe n’est pas présent dans tous les rendez-vous. Une vraie prostituée ne choisit pas ses clients, elle prend ce qui vient au contraire de moi tu vois la différence ? Je suis escort, je ne suis pas une pu..

Un grand merci à F. pour avoir pris le temps de répondre à mes questions sur ce sujet et pour la patience avec laquelle il l’a fait. www.morninglife.fr

Advertisements

À propos de morninglifemagazine

L'essentiel de la pause avec les dossiers Homme, Femme, LGBT, les infos insolites, les challenges Couple, les questions sur les relations amicales, amoureuses, la société actuelle et bien d'autres rubriques.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

REJOIGNEZ NOUS

%d blogueurs aiment cette page :